• Accueil
  • > Recherche : poisson meuh

les petits plats

7102013

Cela faisait longtemps que petit meuh n’était pas partie en vadrouille à la recherche d’une bonne adresse.

Bref, aujourd’hui je vous propose mon avis sur un petit restaurant les petits plats. Mon avis ne correspond bien sûr pas à un critique culinaire… En plus pas de photo car avant de partir je n’ai pas glissé mon appareil dans mes affaires L

Premier point, je dirais qu’il faut y aller si vous aimez l’ambiance bistrot et surtout les viandes. La carte est assez light en poisson (une entrée et un plat). Etant plutôt une amateuse de poisson j’étais un peu déçue mais après l’ambiance du restaurant et la gentillesse des serveurs fait passer ce petit bémol.

Point de vue décor, vous êtes dans un bistrot authentique des années 1900 avec un magnifique comptoir en bois, des miroirs, des moulures. Les tables sont serrées pour favoriser la complicité entre les clients (et permet aussi d’avoir une bonen vision sur les plats qu’ils ont commandé pour faciliter le choix ;)). En guise de couteau, un petit opinel et de serviette, un joli tissu blanc à grands carreaux rouges. Des grandes ardoises indiquent les vins et les plats. Bref, dès le départ, le cadre est décontracté !!!

En semaine le midi il existe une formule à 15 euros et le soir tous les jours une formule à 45 euros par personne vous permet de partager plusieurs plats pour l’ensemble de la table. Enfin, pour ce bistrot décline chaque plat en demi-portion si vous le souhaitez. La carte est assez courte (4 entrées, 4 plats et 4 desserts + une carte de l’Aubrac avec 5 viandes) ce qui vous garantit des produits frais et faits maison. Les serveurs vous expliquent en détail la carte et vous aident dans le choix.

Dans l’assiette, rassurez-vous les plats sont servis avec générosité. J’ai demandé confirmation que mon plat était bien une demi-portion. Les viandes sont bien préparées et de qualité. La carte était ce jour-là un peu maigre en poisson uniquement une entrée et un plat. J’ai été un peu déçue par les poireaux coupés en crayon un peu trop fibreux mais les giroles étaient délicieuses. Les assiettes et la présentation simples mais superbes.

En dessert, vous pourrez avoir un délicieux mi cuit au chocolat fait maison mais surtout un généreux Paris Brest Eclair. Moi qui ne suis pas fan du Paris Brest, j’ai bien regretté mon choix ;)….

En résumé, très bonne adresse pour un moment décontracté (si vous aimez les endroits chics et zen ce n’est pas la bonne adresse).

Maintenant un lien vers l’avis d’un vrai expert culinaire gilles pudlowski sur le restaurant avec des photos.

Les petits plats, 39 rue des plantes, Paris 14e, 01 45 42 50 52




Comment sucrer autrement ?

12092013

Vous continuez à utiliser du sucre blanc ?!? Il est temps de vous mettre à la page avec de nouvelles manières de sucrer vos desserts et autres … ;)

1. Le sirop d’agave

Ce sirop n’est rien d’autre que la version mexicaine du sirop d’érable, issu lui de la sève d’un cactus. Il a longtemps été réservé à la fabrication de la tequila mais avec la lutte contre la malbouffe il est aujourd’hui utilisé à la place du sucre blanc.

Pour les doses, vous pouvez remplacer 100 gr de sucre blanc par 75 gr de sirop d’agave car il a un pouvoir sucrant 25 % plus important que le sucre. Il est parfait pour assaisonner un thé ou un yaourt et peut même être utilisé pour un produit cuisiné puisqu’il résiste à la cuisson. Un bémol par contre il ne caramélise pas et est 3 à 4 fois plus cher que du sucre raffiné.

Pour votre santé, il possède un index glycémique bas (limite les pics d’insuline contrairement au sucre blanc et donc le stockage de la graisse) mais à forte dose il peut créer des troubles digestifs.

2. Le sirop d’érable

On passe de l’Amérique du sud à l’Amérique du nord… Il est le produit phare du Canada et est obtenu par concentration de la sève de certaines variétés d’érables. On va dire on fait avec ce que l’on trouve… Il faut tout de même 40 L pour fabriquer 1 L de sirop. Ce procédé nous viens des Amérindiens de l’est du Canada et nord-ouest des Etats Unis.

Il peut être utilisé avec vos pancakes mais pas seulement… Il s’adapte pour toutes les recettes et en particulier avec le poisson ou du poulet mélanger avec du beurre et de la moutarde.

Riche en minéraux essentiels, il a comme le miel des pouvoirs antioxydants et anti inflammatoires. Il est aussi moins caloriques que le miel (260 Kcal/100 gr contre 312 Kcal/100 gr pour le miel et 400 Kcal/100 gr pour le sucre).

3. La stévia

The last born !!! La dernière tendance du moment !!! Utilisée depuis des siécles en Amérique du sud, sa commercialisation n’est autorisée que depuis 2010 en Europe. Il est déjà utiliser par taillefine, sprite…

Son pouvoir sucrant est 200 à 300 fois plus élevé que le sucre. On remplace 100 gr de sucre par 2 ou 3 gr de stévia. Autrement dit, on l’utilise en petite quantité ! De plus, il supporte des températures jusqu’à 200°C par contre il possède un petit gout de réglisse.

En plus d’un indice calorique nul, elle présente un indice glycémique nul… Mais à quand les effets secondaires ?

4. Le miel

L’un des plus vieux aliments du monde, il est le premier agent sucrant utilisé.

Vous pouvez l’utiliser froids comme chaud (il supporte la cuisson sans problème) sur tous supports et même avec certains fromages.

Le miel apporte plein de bonnes choses à l’organisme… Vous trouverez tous les détails dans un précédent article

5. Le xylitol de bouleau

Vous croyez qu’uniquement en Amérique on piquait la sève des arbres pour sucrer nos yaourts… Et bien non ? Dans les pays nordiques, on utilise la sève du bouleau sous forme de petits cristaux (comme le sucre semoule). Son avantage, c’est qu’il n’a aucun arrière-gout.

Il se marie très bien aux préparations chauds comme froides mais attention son pouvoir sucrant augmenter de 50 % avec la cuisson.

Pour votre santé, il est bénéfique pour votre balance (40% moins calorique que le sucre blanc et index glycémique faible) mais également pour la santé bucco- dentaire (rafraîchit l’haleine et aide à la prévention des caries)

6. Le rapadura = sucre de canne = sucre complet

Contrairement au sucre blanc, son procédé de fabrication est naturel. Pour 21 kg de sucre, il faut laisser évaporer 10 kg de jus de canne à sucre puis séché et broyé finement le résidu obtenu. C est un sucre non cristallisé, identifiable à sa couleur très foncée et sa texture légèrement humide.

En pâtisserie, c’est l’allié idéal pour apporter un petit gout caramélisé à votre préparation.

Point de vue santé, n’ayant subi aucune transformation ni raffinage il conserve tous les sels mineraux, vitamines et acides aminés de la anne à sucre. In est riche en vitamines B1, B2, B5 et E et apporte potassium, magnésium, calcium, phosphore et fer.

Bref la conclusion… Chacun ça manière de sucrer




Allumettes de lardons à la lotte

4022013

Une délicieuse recette qui marie à la fois de la viande et du poisson. Très bonne idée pour les indécis. En accompagnement, pour changer, petite meuh vous conseille du riz… Un classique avec du poisson

La lotte, un poisson a la grosse tête !

Malgré son physique, la lotte est le poisson préféré des Français. De son autre nom baudroie, la lotte a une chair fine et délicate qui persiste malgré la cuisson.

Pour bien préparer la queue de lotte il faut enlever soigneusement la peau et les nerfs pour obtenir un morceau très blanc et très fin. Si la lotte reporte un fort succès auprès des cuisiniers c’est grâce à son absence d’arêtes. Elle n’a qu’une unique épine dorsale très facile à retirer. Attention, elle contient beaucoup d’eau il faut donc pratiquement prévoir 1 kg de queue de lotte pour 4 personnes. Mais on peut également déguster les joues et le foie qui se cuisine comme du foie gras.

Pour savoir si votre lotte est cuite, il vous suffit de piquer une brochette au cœur du poisson et de la poser sur votre lèvre inférieure. Si la brochette vous semble chaude c’est que le poisson est cuit !

Retroussons les manches ! 

Pour deux personnes

Préparation : 20 minutes Cuisson 25 minutes

Ingrédients : 400 gr de queue de lotte, 100 gr d’allumettes de lardons ; 6 tomates entières pelées en conserves, basilic, poivre, sel, 2 cs d’huile d’olive, 2 cs de farine.

Faire rissoler les allumettes de lardons dans l’huile d’olive puis retirer les de la poêle.

Enlever soigneusement la peau et les nerfs de vos queues de lotte pour obtenir un morceau très blanc et très fin. Couper le morceau obtenu en fines lamelles. Les fariner et les faire revenir dans la poêle des allumettes. Saler et poivrer.

Ajouter les allumettes, les tomates coupées en morceaux et le basilic.

Laisser cuire 15 minutes en mélangeant de temps en temps.

Servir chaud avec du riz par exemple. En gros, ça donne ceci ! .

Allumettes de lardons à la lotte
Album : Allumettes de lardons à la lotte
Photos de la recette des allumettes aux saveurs de la mer
6 images
Voir l'album







arsouilles |
Safran des Prises |
Les gâteaux de Claudine |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | cuisine et buffet de mika
| la Cigale Huile d'olive à S...
| DESSERTS