• Accueil
  • > Recherche : petite meuh du nord

Comment sucrer autrement ?

12092013

Vous continuez à utiliser du sucre blanc ?!? Il est temps de vous mettre à la page avec de nouvelles manières de sucrer vos desserts et autres … ;)

1. Le sirop d’agave

Ce sirop n’est rien d’autre que la version mexicaine du sirop d’érable, issu lui de la sève d’un cactus. Il a longtemps été réservé à la fabrication de la tequila mais avec la lutte contre la malbouffe il est aujourd’hui utilisé à la place du sucre blanc.

Pour les doses, vous pouvez remplacer 100 gr de sucre blanc par 75 gr de sirop d’agave car il a un pouvoir sucrant 25 % plus important que le sucre. Il est parfait pour assaisonner un thé ou un yaourt et peut même être utilisé pour un produit cuisiné puisqu’il résiste à la cuisson. Un bémol par contre il ne caramélise pas et est 3 à 4 fois plus cher que du sucre raffiné.

Pour votre santé, il possède un index glycémique bas (limite les pics d’insuline contrairement au sucre blanc et donc le stockage de la graisse) mais à forte dose il peut créer des troubles digestifs.

2. Le sirop d’érable

On passe de l’Amérique du sud à l’Amérique du nord… Il est le produit phare du Canada et est obtenu par concentration de la sève de certaines variétés d’érables. On va dire on fait avec ce que l’on trouve… Il faut tout de même 40 L pour fabriquer 1 L de sirop. Ce procédé nous viens des Amérindiens de l’est du Canada et nord-ouest des Etats Unis.

Il peut être utilisé avec vos pancakes mais pas seulement… Il s’adapte pour toutes les recettes et en particulier avec le poisson ou du poulet mélanger avec du beurre et de la moutarde.

Riche en minéraux essentiels, il a comme le miel des pouvoirs antioxydants et anti inflammatoires. Il est aussi moins caloriques que le miel (260 Kcal/100 gr contre 312 Kcal/100 gr pour le miel et 400 Kcal/100 gr pour le sucre).

3. La stévia

The last born !!! La dernière tendance du moment !!! Utilisée depuis des siécles en Amérique du sud, sa commercialisation n’est autorisée que depuis 2010 en Europe. Il est déjà utiliser par taillefine, sprite…

Son pouvoir sucrant est 200 à 300 fois plus élevé que le sucre. On remplace 100 gr de sucre par 2 ou 3 gr de stévia. Autrement dit, on l’utilise en petite quantité ! De plus, il supporte des températures jusqu’à 200°C par contre il possède un petit gout de réglisse.

En plus d’un indice calorique nul, elle présente un indice glycémique nul… Mais à quand les effets secondaires ?

4. Le miel

L’un des plus vieux aliments du monde, il est le premier agent sucrant utilisé.

Vous pouvez l’utiliser froids comme chaud (il supporte la cuisson sans problème) sur tous supports et même avec certains fromages.

Le miel apporte plein de bonnes choses à l’organisme… Vous trouverez tous les détails dans un précédent article

5. Le xylitol de bouleau

Vous croyez qu’uniquement en Amérique on piquait la sève des arbres pour sucrer nos yaourts… Et bien non ? Dans les pays nordiques, on utilise la sève du bouleau sous forme de petits cristaux (comme le sucre semoule). Son avantage, c’est qu’il n’a aucun arrière-gout.

Il se marie très bien aux préparations chauds comme froides mais attention son pouvoir sucrant augmenter de 50 % avec la cuisson.

Pour votre santé, il est bénéfique pour votre balance (40% moins calorique que le sucre blanc et index glycémique faible) mais également pour la santé bucco- dentaire (rafraîchit l’haleine et aide à la prévention des caries)

6. Le rapadura = sucre de canne = sucre complet

Contrairement au sucre blanc, son procédé de fabrication est naturel. Pour 21 kg de sucre, il faut laisser évaporer 10 kg de jus de canne à sucre puis séché et broyé finement le résidu obtenu. C est un sucre non cristallisé, identifiable à sa couleur très foncée et sa texture légèrement humide.

En pâtisserie, c’est l’allié idéal pour apporter un petit gout caramélisé à votre préparation.

Point de vue santé, n’ayant subi aucune transformation ni raffinage il conserve tous les sels mineraux, vitamines et acides aminés de la anne à sucre. In est riche en vitamines B1, B2, B5 et E et apporte potassium, magnésium, calcium, phosphore et fer.

Bref la conclusion… Chacun ça manière de sucrer




Gaufres liégeoises

31012013

Pour la Belgique à l’honneur. :Et aussi pour que petit meuh râle avec son gaufrier…

Les gaufres… Ben oui c’est belge !  Mais pas que  

La Belgique est le pays de la gaufre. On y compte cinq sortes de gaufres. Les plus connues sont la gaufre de Bruxelles et la gaufre de liège. Les différents types de pâtes utilisées et la diversité de forme des motifs et des plaques font qu’il existe de très nombreuses variantes de gaufres.

Voici une courte énumération, des gaufres disponibles

  • Bricelet : gaufre fine et croustillante, spécialité de Suisse occidentale
  • Gaufre à la Flamande : avec levure de bière et blancs d’œufs fouettés, parfois avec du cognac
  • Gaufre à l’Allemande : avec des épices mêlées de cannelle, girofle et muscade ;
  • Gaufre bordelaise : croquante, elle peut être parfumée à la fleur d’oranger, ou au citron, rhum et orange
  • Gaufre de Binche : à base de lait battu et de levure
  • Gaufre de Bruxelles ou, aux États-Unis, « Gaufre belge » : gaufre rectangulaire à 20 creux, faite sans levure mais avec du beurre fondu, légère et croustillante, nappée de crème chantilly ou de sucre glace
  • Gaufre de Dunkerque : gaufre sèche et ronde.Petit meuh étant originaire de Dunkerque, cette gaufre se devait de figurer sur le site
  • Gaufre de Liège ou Gaufre au sucre (plus communément appelée Gauff’ au suc’ avec l’accent liégeois) : pâte fermentée à la levure avec cannelle. Cette gaufre sans coins à 24 creux se mange tiède. Suivant les recettes, du sucre perlé peut être ajouté.
  • Gaufre fourrée lilloise (ou gaufre du Nord) : petite gaufre fine fourrée au beurre et à la vergeoise4. C’est par définition la gaufre de lapâtisserie Meert.
  • Gaufre hollandaise (stroopwafel ou « gaufre de Gouda ») : disque plat coupé en deux dans son épaisseur et fourré de sirop de caramel
  • Gaufre scandinave : très fine, en forme de cœur, avec garniture salée ou sucrée selon les régions
  • Gaufrette : petite gaufre sèche
  • Pizelle : gaufrette italienne très fine, mangée surtout à Pâques et à la Noël  ;

Sucre perlé.. En gros c’est quoi cet ingrédient ?  

L’appellation de sucre perlé que  correspond à un stade de cuisson du sucre. L’appellation correcte de ce sucre est le sucre gros grains. On peut trouver ce sucre en Belgique, chez les grossistes de produits pour la pâtisserie, en boulangerie ou même sur internet.

En cuisant avec un peu d’eau, le sucre change de température très rapidement et subit différentes transformation. Chaque stade est reconnaissable à des caractéristiques physiquesparticulières.

  • 100°C – Nappé : Le sirop entre en ébullition et devient transparent.
  • 103°C/105°C – Petit filé : Le sirop s’épaissit et les bulles grossissent. Un peu de sirop prélevé à la cuillère puis saisi entre le pouce et l’index préalablement trempés dans l’eau très froide forme un filet de 2 à 3 mm souple mais fragile. C’est la température de prise des gelées et des confitures.
  • 106°C/110°C – Grand filé : Le filament formé entre les doigts écartés atteint alors 5 mm. Il est plus ferme.
  • 110°C/112°C – Petit perlé : La surfacedu sirop est couverte de bulles rondes.
  • 113°C/115°C – Grand perlé : Quand on souffle sur l’écumoire après l’avoir plongée dans le sirop, des bulles seforment sur le côté.
  • 116°C/125°C – Petit boulé : Une goutte de sirop plongée dans l’eau froide forme une boule molle, très malléable. Quand on souffle sur l’écumoire, lesbulles s’envolent
  • 116°C/125°C – Grand boulé : La boule de sirop qui se forme dans l’eaufroide est plus dure ; des flocons neigeux s’échappent de l’écumoire.
  • 156°C/165°C – Caramel clair : Le sirop épaissit et devient cassant avant d’atteindre les derniers stades de sa cuisson. Il prend peu à peu sa couleur sur le bord de la casserole : d’abord jaune, il devient ensuite doré puis brun.

Maintenant, il reste le gaufrier à maitriser !

Ingrédients : 1 kg de farine, 4 œufs, 50 gr de sucre, 2 pincées de sel, 2 sachet de levure chimique, 500 gr de beurre fondu, 500 gr de sucre perlé, 40 cL de lait

Mélanger la levure, le lait, les œufs et le sucre.

Creuser un puit dans la farine et verser le tout. Travailler la pâte en y incorporant le beurre et le sel.

Laisser reposer la pâte 30 minutes au tiède et ajouter ensuite le sucre perlé.

Mettre dans le gaufrier environ 100 gr de pâte par gaufre et faire dorer 2 à 3 minutes.




A propos de…

11122012

A propos de...Qui suis je ?

Petite meuh originaire du nord de la France réside actuellement en région parisienne.

De nature perfectionniste et têtue comme la plus part des vaches, elle aime comprendre le chose en profondeur… Ce qui peut expliquer son acharnement à faire plusieures fois une recette même si elle en rate certaines (mais pas toutes…)

Vous noterez une préférence pour les plaisirs sucrées sauf les macarons et la cuisine française.

N’hésitez pas à lui poser des questions sur les recettes ou de poster vos commentaires, elle ralera mais elle répondera ;)

En plus c’est activité culinaire, petite meuh s’est diversifiée (la crise oblige) dans la décoration maison.

 

Un petit mot au sujet des partenariats, publicité etc…

Dans ce blog, je partage recettes et bonnes adresses.  Je parle de ses produits, en toute liberté, parce que je les utilise, parce que je les apprécie et qu’ils m’aident dans mes réalisations , et cela sans aucune arrière pensée !

Merci à l’ensemble de mes partenaires qui ont décidé de partager avec moi cette aventure !

Birambeau
Album : Birambeau
Birambeau - la cuisine plaisir Ustensils de cuisine
4 images
Voir l'album
Sacla
Album : Sacla
Photo du partenaire Sacla
4 images
Voir l'album
Cookn Go
Album : Cook'n Go
Photos Cook'n go
1 image
Voir l'album

 

 

 

 

 

 







arsouilles |
Safran des Prises |
Les gâteaux de Claudine |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | cuisine et buffet de mika
| la Cigale Huile d'olive à S...
| DESSERTS