Activ’couture

31102013

Aujourd’hui Petite meuh a testé pour vous… un cours de couture chez Activcouture. La conclusion à retenir «Chez Activ’couture, on s’active !!! ».

L’atelier Activ’Couture est ouvert à tout le monde débutante; débutante +, initiée ou même dompteuse de la machine à coudre. Chaque cours dure 3 heures avec 6 à 8 personnes avec à la disposition de chacun une superbe machine à coudre Bernina (Le top du top des machines à coudre). N’étant pas une initiée, j’ai suivi un cours de débutant au cours duquel j’ai pu confectionner un superbe sac réversible.

Le déroulement du cours est très rythmé. Vous arrivez à 10H et vous commencez TOUT DE SUITE. Les tissus sont déjà découpés afin que vous passiez un maximum de temps avec la machine. Ce cours vous permet d’aborder le point avant, le point zig-zag mais également de voir et maitriser pas mal de techniques en couture. Chacun avance à son allure avec sa machine et les formatrices passent vous aider et vous donner les directives. L’ambiance est familiale et surtout aucune question n’est laissée de côté. L’objectif est simple : vous permettre d’acquérir les bases de la couture et devenir autonome dans votre création. Que du bonheur ! La preuve en photo !

Activcouture
Album : Activ'couture
Quelques photos de mon superbe sac made by ME
15 images
Voir l'album

Quelques notions

Le point Zig ZAg permet d’éviter que le tissu ne s’effiloche ou bien de renforcer les coutures.

Le point droit est le point de base classique. Avant de faire une couture en point droit, n’oubliez pas de faire un point arrière qui améliora la résistance de votre couture.

Mon avis

J’ai particulièrement apprécié l’ambiance de ce cours et la manière dont il se déroule. Les 3 heures passent en 5 minutes ! Constance et la maman de Nora (Nora étant la patronne de la boutique qui s’attèle à ce que tout soit parfait) ainsi que l’ensemble des formatrices s’efforcent de vous faire passer un moment de détente avec leurs sourires et leurs passions tout en vous inculquant un maximum de techniques. Les cours sont pensés pour que chacun puisse trouver son rythme, sentir des avancées concrètes mais aussi et surtout prendre du plaisir.

Un point non négligeable que vous soyez un, deux ou six, le cours ne sera pas annulé pour manquer d’effectif. Point toujours agréable quand on pose un RTT en semaine ! En ce qui concerne les tarifs, il est possible de prendre des cours à la carte ou des forfaits (3,6 ou 12 mois)

Bref, si comme moi vous voulez tenter l’expérience, c’est au 20 rue Lamartine 75009 Paris ou au 9 rue Marie-Andrée Lagoua Weill-Hallé. Pour plus de renseignements, le site internet c’est par là !

Merci encore à toute l’équipe




Carpaccio de Kiwi

18102013

Aujourd’hui, uniquement quelques photos pour vous donner envie de faire le plein de vitamines

Carpaccio de kiwis
Album : Carpaccio de kiwis
En avant pour faire le plein de vitamines
2 images
Voir l'album
 

Pour réaliser ce carpaccio, j’ai tout simplement couper en lamelle mes kiwi grace à mon super robot

 




Brin de cousette… Cours de couture

1102013

J’ai testé pour vous avant de me lancer dans les travaux de couture : les cours de BRIN DE COUSETT sur paris.

N’hésitez pas à faire un tour sur leur site

Bilan du cours S’INITIER de 3 h : Que du bonheur et surtout plus de cauchemar à l’idée d’utiliser ma machine.

Tout commence par prendre un rendez-vous selon le planning proposé sur leur joli site internet puis, le jour J, à prendre le métro jusqu’au lieu-dit (2 rue Richard Lenoir) Jusque-là rien de bien sorcier !

Vous êtes ensuite accueilli dans un charmant salon de thé / mercerie/ cours de couture pour confectionner votre première création.

Durant 3 heures, Morgann nous a expliqué les bases (patrons, droits fils, matériel, ….) de la couture tout en alliant bonne humeur mais également en nous recadrant pour respecter le timing serré et repartir avec une création FINIE. Grace à ses explications, j’ai su sans problème faire mes premiers points avec une machine à couture mais également prendre de bons réflexes pour partir sur de bonnes bases. Mais surtout et avant tout, je suis repartie avec une grande envie de coudre J.

Les nombreux avantages de cette formation : des intervenants ouverts qui s’adaptent aux envies des clients, un nombre de participants restreints ( à réserver donc bien en avance), un grand choix de tissus pour votre création et une première approche de la couture bien poussée. Enfin, Morgann n’a pas hésité à passer plus de temps avec nous pour être sûre que nous répartitions avec notre snood ou sac finalisé. MERCI ENCORE !

Quelques photos de mon snood (écharpe circulaire)

Brin de cousette
Album : Brin de cousette
Quelques photos des créations faites
3 images
Voir l'album
 

De plus, vous n’apportez rien pour les cours. Le matériel, les machines, les patrons et les tissus sont mis à dispositions sauf dans le cas où vous suivez un cours EXPLORER ou ELABORER.

En fonction de votre niveau et vos envies, vous pouvez choisir différents cours

S’INITIER : comment utiliser votre machine, un patron … pour les nuls. Parfait pour débuter sur de bonnes basses

PRATIQUER : cours durant lesquels vous apprendrez une technique en particulier et vous permettra d’évoluer avec plus d’autonomie

S’AMUSER : cours durant lequel vous customiserez un patron de base selon vos envies

EXPLORER : cours durant lequel vous pouvez exposer les problèmes que vous rencontrez sur un ouvrage ou bien juste avoir un œil bien veillant sur vos épaules pour réaliser votre premier patron

ELABORER : cours pour apprendre à faire son propre patron, maitriser des techniques pointues… Bref pour celles qui maitrisent !

Vous pouvez également en dehors des heures des leçons venir pour louer sur place votre machine.

Enfin, dernière possibilité COUTURE EXPRESS pour aborder en 1H / 1 H 30 un point particulier.

En conclusion, vivement mon prochain cours de couture !!! Attention également au risque de craquage sur plusieurs patrons vendus dans la mercerie et tissus….




Un petit’coup de pouce

26092013

Allez pour une fois, petite meuh vous demande gentillement biensûr de répondre à un questionnaire pour une vraie étude

http://freeonlinesurveys.com/app/rendersurvey.asp?sid=ia2b1tbcrh4ql8b338145&refer=www%2Efacebook%2Ecom

Merci pour votre aide. Ca prend 2 minutes à faire !




Comment sucrer autrement ?

12092013

Vous continuez à utiliser du sucre blanc ?!? Il est temps de vous mettre à la page avec de nouvelles manières de sucrer vos desserts et autres … ;)

1. Le sirop d’agave

Ce sirop n’est rien d’autre que la version mexicaine du sirop d’érable, issu lui de la sève d’un cactus. Il a longtemps été réservé à la fabrication de la tequila mais avec la lutte contre la malbouffe il est aujourd’hui utilisé à la place du sucre blanc.

Pour les doses, vous pouvez remplacer 100 gr de sucre blanc par 75 gr de sirop d’agave car il a un pouvoir sucrant 25 % plus important que le sucre. Il est parfait pour assaisonner un thé ou un yaourt et peut même être utilisé pour un produit cuisiné puisqu’il résiste à la cuisson. Un bémol par contre il ne caramélise pas et est 3 à 4 fois plus cher que du sucre raffiné.

Pour votre santé, il possède un index glycémique bas (limite les pics d’insuline contrairement au sucre blanc et donc le stockage de la graisse) mais à forte dose il peut créer des troubles digestifs.

2. Le sirop d’érable

On passe de l’Amérique du sud à l’Amérique du nord… Il est le produit phare du Canada et est obtenu par concentration de la sève de certaines variétés d’érables. On va dire on fait avec ce que l’on trouve… Il faut tout de même 40 L pour fabriquer 1 L de sirop. Ce procédé nous viens des Amérindiens de l’est du Canada et nord-ouest des Etats Unis.

Il peut être utilisé avec vos pancakes mais pas seulement… Il s’adapte pour toutes les recettes et en particulier avec le poisson ou du poulet mélanger avec du beurre et de la moutarde.

Riche en minéraux essentiels, il a comme le miel des pouvoirs antioxydants et anti inflammatoires. Il est aussi moins caloriques que le miel (260 Kcal/100 gr contre 312 Kcal/100 gr pour le miel et 400 Kcal/100 gr pour le sucre).

3. La stévia

The last born !!! La dernière tendance du moment !!! Utilisée depuis des siécles en Amérique du sud, sa commercialisation n’est autorisée que depuis 2010 en Europe. Il est déjà utiliser par taillefine, sprite…

Son pouvoir sucrant est 200 à 300 fois plus élevé que le sucre. On remplace 100 gr de sucre par 2 ou 3 gr de stévia. Autrement dit, on l’utilise en petite quantité ! De plus, il supporte des températures jusqu’à 200°C par contre il possède un petit gout de réglisse.

En plus d’un indice calorique nul, elle présente un indice glycémique nul… Mais à quand les effets secondaires ?

4. Le miel

L’un des plus vieux aliments du monde, il est le premier agent sucrant utilisé.

Vous pouvez l’utiliser froids comme chaud (il supporte la cuisson sans problème) sur tous supports et même avec certains fromages.

Le miel apporte plein de bonnes choses à l’organisme… Vous trouverez tous les détails dans un précédent article

5. Le xylitol de bouleau

Vous croyez qu’uniquement en Amérique on piquait la sève des arbres pour sucrer nos yaourts… Et bien non ? Dans les pays nordiques, on utilise la sève du bouleau sous forme de petits cristaux (comme le sucre semoule). Son avantage, c’est qu’il n’a aucun arrière-gout.

Il se marie très bien aux préparations chauds comme froides mais attention son pouvoir sucrant augmenter de 50 % avec la cuisson.

Pour votre santé, il est bénéfique pour votre balance (40% moins calorique que le sucre blanc et index glycémique faible) mais également pour la santé bucco- dentaire (rafraîchit l’haleine et aide à la prévention des caries)

6. Le rapadura = sucre de canne = sucre complet

Contrairement au sucre blanc, son procédé de fabrication est naturel. Pour 21 kg de sucre, il faut laisser évaporer 10 kg de jus de canne à sucre puis séché et broyé finement le résidu obtenu. C est un sucre non cristallisé, identifiable à sa couleur très foncée et sa texture légèrement humide.

En pâtisserie, c’est l’allié idéal pour apporter un petit gout caramélisé à votre préparation.

Point de vue santé, n’ayant subi aucune transformation ni raffinage il conserve tous les sels mineraux, vitamines et acides aminés de la anne à sucre. In est riche en vitamines B1, B2, B5 et E et apporte potassium, magnésium, calcium, phosphore et fer.

Bref la conclusion… Chacun ça manière de sucrer




Trouver un restaurant… Mais à quel guide se fier ?

9092013

Bon qui ne sait pas dit un jour : Tiens je me ferais bien un bon petit resto ! D’accord, mais sur quel critère le choisir pour qu’il réponde à notre perception du « bon petit resto » et aussi à quel guide se fier…

La référence, par définition, le guide Michelin (nommé également guide rouge) est une véritable institution dans le monde entier. Selon les inspecteurs, uniquement la qualité gastronomique est notée et non la décoration, le confort et l’emplacement. A noter pour nous consommateurs que le nombre d’étoiles entraîne une augmentation des tarifs pratiques et qu’à l’inverse un établissement qui perd une étoile devra revoir à la baisse ses prix En moyenne, 1 étoile augmente la fréquentation du restaurant de 20%, 2 de 30% et 3 de 40%. On appelle « macarons » les étoiles données par ce guide aux restaurants pour
les différencier de celles données par ce même guide aux hôtels. C est guide est avant tout une institution avec des commentaires courts mais bien tournés. Néanmoins, on lui reproche un rôle de faiseur de rois qui fait peser trop d’enjeux sur les épaules des chefs (Certains ont d’ailleurs rendu leurs étoiles !!)

Le Zagat est la version américaine du guide Michelin. Rachetée par Google en 2012, vous pouvez trouver une version gratuite sur le Net. Le guide papier est lui uniquement disponible sur Paris. Malgré son origine et sa notoriété aux Etats-Unis, il possède beaucoup d’adresses sur Paris.

L’autre référence, le Gault & Millau, est un guide créé en 1972 par deux journalistes devenus critiques gastronomiques. Il attribue lui non pas des étoiles ou macarons mais des toques aux restaurants, hôtels et commerces de bouches. Il contient beaucoup d’adresses avec des commentaires courts mais intéressants et une mise en page agréable.

Le pudlo est lui un guide rédigé par un critique gastronomique qui teste lui-même les restaurants de France et Navarre. Vous pourrez également trouver des informations sur son blog « les pieds dans le plat ». Ce guide a l’avantage d’avoir une rubrique « quoi de neuf », beaucoup d’adresses et de commentaires détaillés.

Le bottin gourmand qui parait chaque année en octobre s’attache à mettre en valeur la cuisine de terroir française. Il contient néanmoins pour le moment peu d’adresses.

Le célèbre guide du routard qui s’adresse en priorité aux petits budgets. Il est alimenté par des critiques qui voyagent carnet de note à la main et se décline en de nombreux ouvrages pas toujours mis annuellement à jour. Pour être sûrs d’avoir les dernières informations, aller sur leur site internet.

Le petit futé est le concurrent direct du guide du routard. Il a pour objectif de dénicher les bonnes adresses présentant le meilleur rapport qualité-prix. Il se positionne entre le Routard pour les contenus et les autres guides pour la forme néanmoins il manque encore certaines adresses incontournables.

Autre guide pour les petits budgets, le bib gourmand signale une cuisine de qualité à prix abordable : 28 euros en province et 35 euros sur Paris

Le fooding est le guide IN du moment. Indépendant des restaurants, il met tout en œuvre pour le rester en payant ses additions et les affichant sur son site et en refusant toute publicité de la part des restaurants. Chaque année, le guide sort un palmarès de meilleures nouveautés avec des titres originaux. Malgré ce contexte de dénicheur de nouveaux talents, ce guide a des côtés très élitiste et un poil trop parisien.

Trip advisor est le site internet le plus consulté par les touristes. J’avoue également y aller mais dernièrement depuis qu’en rigolant j’ai regardé une critique sur le Mc donalds je me pose des questions. En effet, malgré un contenu riche, on peut déplorer une quantité non négligeable d’avis douteux.

Autre site connu, la fourchette permet de réserver sur Internet une table. Le site appartient au même groupe que le guide Gault & Millau. Ce site est avant tout un site de réservation en ligne. Les restaurants s’inscrivent d’eux-mêmes et plus de 7000 adresses principalement parisiennes y sont référencées. Il est aussi possible de donner son avis sur le restaurant.

Enfin depuis quelques temps le site marmitton propose un éventail de restaurant validés par l’équipe marmitton mais également la communauté.




Vacances !!!!!

9082013

Vacances
Album : Vacances
Et oui tout le monde a des congés même les petites meuhs
1 image
Voir l'album
Aujourd’hui, une petite image pour vous annoncer que ce soir petite meuh quitte ses fourneaux et des bonhommes en polystyrène pour prendre des vacances  bien méritées.

Mais pour vous tenir en haleine tout le mois d’aout et en prime time, elle vous donne rendez-vous en septembre pour découvrir les recettes avec le cooking chef (avec bien sûr également la version sans le cooking chef), la poursuite des bonhommes en polystyrène, ses premiers pas avec une machine à coudre (il va falloir qu’elle enlève ses gros sabots) et aussi quelques borderies en fils et perles

Bref, vivement la rentrée !!!




Madeleines moutardées à la carotte et au persil

7082013

ALLEZ Stop les madeleines sucrées ! Voici une petite recette de madeleines salées idéales pour accompagner une salade à la place du pain, en apéro ou avec des blancs de poulet cuits à la vapeur.

A l’apéro, vous pouvez les disposer autour d’un caviar d’aubergines et laissez vos invités les tremper dedans. Succès assuré !!!

Madeleines moutardées à la carotte et au persil
Album : Madeleines moutardées à la carotte et au persil
Madeleines mais en version salée
3 images
Voir l'album
 

Pour 30 madeleines

Ingrédients : 120 gr de beurre, 70 gr de carottes râpées finement et persil haché, 12 gr de moutarde au miel, 200 gr de farine avec levure, 4 œufs.

Préchauffer un four à 180°C

Tempérer le beurre pour le rendre « pommade » c’est-à-dire mou pour les novices.

Mélanger le beurre et le miel ensemble. Ajouter la moitié des œufs, la farine puis le reste des œufs. Terminer par les carottes râpées et le persil.

Garnir au trois quart les moules à madeleines puis enfourner pour 10 à 15 minutes. Vos madeleines doivent être dorées mais pas carbonisées (Attention !!)

Démouler et déguster.

 




A propos… des asperges

23052013

Et oui avec les beaux jours, les asperges sont de retour. Hélas pas forcement les beaux jours !!!

Il existe quatre variétés d’asperges : les vertes, les blanches, les violettes et les sauvages

Les asperges vertesMai à juin

C’est la variété la plus produite dans les jardins, car elle tolère aussi bien les sols sablonneux que plus argileux. Son atout majeur : elle n’a pas besoin d’être épluchée. Excellente dans une poêlée

Les asperges blanches Avril à juin

C’est le plus gros gabarit de la famille. Elle aime les sols aérés et doit être protégée du soleil. Elle exige d’être bien épluchée, mais pas trop près de la tête, pour ne pas l’endommager à la cuisson. Elle est parfaite en soupe, salade ou avec de la mayonnaise.

Les asperges violettes Avril à juin

Cousine proche de la blanche, elle se fait aussi plus rare sur les étals. Une vinaigrette à l’huile de noisette mettra en valeur sa finesse, et elle se laissera volontiers transformer en mousse, une fois cuite et mixée avec du mascarpone, de l’œuf et de la crème fraîche.

Les asperges sauvages Mi-février à mi- avril

Elle pousse librement en forêt comme les champignons. Les plants sont rares et peu fournis, et leur saison est très courte (deux mois). A déguster natures, juste blanchies (cuites dans de l’eau chaude quelques minutes pour les novices), ou comme mouillette dans un œuf à la coque.




Scones aux vermicelles de chocolat noir

21052013

Kesako ?!?

Le scone est un petit pain britannique populaire aux Etats-Unis, au Canada et au Royaume-Uni particulièrement.

Le mot provient peut-être de schoonbrood, signifiant: schoon en néerlandais signifie beau et brood c’est le pain, donc on devrait dire  » beau pain » et non « bon pain blanc ».

Le scone d’origine était rond et plat, habituellement de la taille d’une petite assiette. Il était fait d’avoine sans levain et cuit au four sur une poêle à frire en fonte. Pour le service, il était coupé en quarts, chacun de la forme d’un triangle. De nos jours, le large gâteau rond dans son ensemble serait appelé bannock, et ses quarts des scones.

Quand l’usage de la levure se démocratisa, les scones commencèrent à devenir des gâteaux cuits au four et ayant fortement levé, tels que nous les connaissons aujourd’hui. Les scones actuels sont facilement disponibles dans les boulangeries britanniques, les épiceries et les supermarchés.

The recipe please !

Pour 7 scones

Scones au chocolat
Album : Scones au chocolat
Bon la cuisson anglaise a du bon !!!!
4 images
Voir l'album

Préparation 15 à 20 minutes Cuisson 15 minutes

Ingrédients : 1 œuf, 50 gr de beurre doux, 15 cl de lait entier, 250 gr de farine, 50 gr de vermicelles de chocolat, 40 gr de sucre semoule, 1 sachet de levure chimique et 1 pincée de sel.

Préchauffer un four à 200°C.

Mélanger la farine, le sucre, la levure et le sel dans un bol. Ajouter le beurre très mou en petites lamelles (très important).

Mélanger le lait et l’œuf dans un autre récipient et verser progressivement ce mélange sur la préparation à la farine jusqu’à obtenir une pâte souple. Incorporer les vermicelles.

Former des boules de pâte de 3 à 4 cm de diamètre (aidez-vous d’un cercle à pâtisserie) sur une plaque anti adhésive. Essayer de faire de boule de même taille afin d’avoir une cuisson uniforme. Enfourner pour 15 minutes

Astuce : Vous pouvez remplacer les vermicelles par des raisins secs ou cranberries sèches…







arsouilles |
Safran des Prises |
Les gâteaux de Claudine |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | cuisine et buffet de mika
| la Cigale Huile d'olive à S...
| DESSERTS