les petits plats

7102013

Cela faisait longtemps que petit meuh n’était pas partie en vadrouille à la recherche d’une bonne adresse.

Bref, aujourd’hui je vous propose mon avis sur un petit restaurant les petits plats. Mon avis ne correspond bien sûr pas à un critique culinaire… En plus pas de photo car avant de partir je n’ai pas glissé mon appareil dans mes affaires L

Premier point, je dirais qu’il faut y aller si vous aimez l’ambiance bistrot et surtout les viandes. La carte est assez light en poisson (une entrée et un plat). Etant plutôt une amateuse de poisson j’étais un peu déçue mais après l’ambiance du restaurant et la gentillesse des serveurs fait passer ce petit bémol.

Point de vue décor, vous êtes dans un bistrot authentique des années 1900 avec un magnifique comptoir en bois, des miroirs, des moulures. Les tables sont serrées pour favoriser la complicité entre les clients (et permet aussi d’avoir une bonen vision sur les plats qu’ils ont commandé pour faciliter le choix ;)). En guise de couteau, un petit opinel et de serviette, un joli tissu blanc à grands carreaux rouges. Des grandes ardoises indiquent les vins et les plats. Bref, dès le départ, le cadre est décontracté !!!

En semaine le midi il existe une formule à 15 euros et le soir tous les jours une formule à 45 euros par personne vous permet de partager plusieurs plats pour l’ensemble de la table. Enfin, pour ce bistrot décline chaque plat en demi-portion si vous le souhaitez. La carte est assez courte (4 entrées, 4 plats et 4 desserts + une carte de l’Aubrac avec 5 viandes) ce qui vous garantit des produits frais et faits maison. Les serveurs vous expliquent en détail la carte et vous aident dans le choix.

Dans l’assiette, rassurez-vous les plats sont servis avec générosité. J’ai demandé confirmation que mon plat était bien une demi-portion. Les viandes sont bien préparées et de qualité. La carte était ce jour-là un peu maigre en poisson uniquement une entrée et un plat. J’ai été un peu déçue par les poireaux coupés en crayon un peu trop fibreux mais les giroles étaient délicieuses. Les assiettes et la présentation simples mais superbes.

En dessert, vous pourrez avoir un délicieux mi cuit au chocolat fait maison mais surtout un généreux Paris Brest Eclair. Moi qui ne suis pas fan du Paris Brest, j’ai bien regretté mon choix ;)….

En résumé, très bonne adresse pour un moment décontracté (si vous aimez les endroits chics et zen ce n’est pas la bonne adresse).

Maintenant un lien vers l’avis d’un vrai expert culinaire gilles pudlowski sur le restaurant avec des photos.

Les petits plats, 39 rue des plantes, Paris 14e, 01 45 42 50 52




Brin de cousette… Cours de couture

1102013

J’ai testé pour vous avant de me lancer dans les travaux de couture : les cours de BRIN DE COUSETT sur paris.

N’hésitez pas à faire un tour sur leur site

Bilan du cours S’INITIER de 3 h : Que du bonheur et surtout plus de cauchemar à l’idée d’utiliser ma machine.

Tout commence par prendre un rendez-vous selon le planning proposé sur leur joli site internet puis, le jour J, à prendre le métro jusqu’au lieu-dit (2 rue Richard Lenoir) Jusque-là rien de bien sorcier !

Vous êtes ensuite accueilli dans un charmant salon de thé / mercerie/ cours de couture pour confectionner votre première création.

Durant 3 heures, Morgann nous a expliqué les bases (patrons, droits fils, matériel, ….) de la couture tout en alliant bonne humeur mais également en nous recadrant pour respecter le timing serré et repartir avec une création FINIE. Grace à ses explications, j’ai su sans problème faire mes premiers points avec une machine à couture mais également prendre de bons réflexes pour partir sur de bonnes bases. Mais surtout et avant tout, je suis repartie avec une grande envie de coudre J.

Les nombreux avantages de cette formation : des intervenants ouverts qui s’adaptent aux envies des clients, un nombre de participants restreints ( à réserver donc bien en avance), un grand choix de tissus pour votre création et une première approche de la couture bien poussée. Enfin, Morgann n’a pas hésité à passer plus de temps avec nous pour être sûre que nous répartitions avec notre snood ou sac finalisé. MERCI ENCORE !

Quelques photos de mon snood (écharpe circulaire)

Brin de cousette
Album : Brin de cousette
Quelques photos des créations faites
3 images
Voir l'album
 

De plus, vous n’apportez rien pour les cours. Le matériel, les machines, les patrons et les tissus sont mis à dispositions sauf dans le cas où vous suivez un cours EXPLORER ou ELABORER.

En fonction de votre niveau et vos envies, vous pouvez choisir différents cours

S’INITIER : comment utiliser votre machine, un patron … pour les nuls. Parfait pour débuter sur de bonnes basses

PRATIQUER : cours durant lesquels vous apprendrez une technique en particulier et vous permettra d’évoluer avec plus d’autonomie

S’AMUSER : cours durant lequel vous customiserez un patron de base selon vos envies

EXPLORER : cours durant lequel vous pouvez exposer les problèmes que vous rencontrez sur un ouvrage ou bien juste avoir un œil bien veillant sur vos épaules pour réaliser votre premier patron

ELABORER : cours pour apprendre à faire son propre patron, maitriser des techniques pointues… Bref pour celles qui maitrisent !

Vous pouvez également en dehors des heures des leçons venir pour louer sur place votre machine.

Enfin, dernière possibilité COUTURE EXPRESS pour aborder en 1H / 1 H 30 un point particulier.

En conclusion, vivement mon prochain cours de couture !!! Attention également au risque de craquage sur plusieurs patrons vendus dans la mercerie et tissus….




Trouver un restaurant… Mais à quel guide se fier ?

9092013

Bon qui ne sait pas dit un jour : Tiens je me ferais bien un bon petit resto ! D’accord, mais sur quel critère le choisir pour qu’il réponde à notre perception du « bon petit resto » et aussi à quel guide se fier…

La référence, par définition, le guide Michelin (nommé également guide rouge) est une véritable institution dans le monde entier. Selon les inspecteurs, uniquement la qualité gastronomique est notée et non la décoration, le confort et l’emplacement. A noter pour nous consommateurs que le nombre d’étoiles entraîne une augmentation des tarifs pratiques et qu’à l’inverse un établissement qui perd une étoile devra revoir à la baisse ses prix En moyenne, 1 étoile augmente la fréquentation du restaurant de 20%, 2 de 30% et 3 de 40%. On appelle « macarons » les étoiles données par ce guide aux restaurants pour
les différencier de celles données par ce même guide aux hôtels. C est guide est avant tout une institution avec des commentaires courts mais bien tournés. Néanmoins, on lui reproche un rôle de faiseur de rois qui fait peser trop d’enjeux sur les épaules des chefs (Certains ont d’ailleurs rendu leurs étoiles !!)

Le Zagat est la version américaine du guide Michelin. Rachetée par Google en 2012, vous pouvez trouver une version gratuite sur le Net. Le guide papier est lui uniquement disponible sur Paris. Malgré son origine et sa notoriété aux Etats-Unis, il possède beaucoup d’adresses sur Paris.

L’autre référence, le Gault & Millau, est un guide créé en 1972 par deux journalistes devenus critiques gastronomiques. Il attribue lui non pas des étoiles ou macarons mais des toques aux restaurants, hôtels et commerces de bouches. Il contient beaucoup d’adresses avec des commentaires courts mais intéressants et une mise en page agréable.

Le pudlo est lui un guide rédigé par un critique gastronomique qui teste lui-même les restaurants de France et Navarre. Vous pourrez également trouver des informations sur son blog « les pieds dans le plat ». Ce guide a l’avantage d’avoir une rubrique « quoi de neuf », beaucoup d’adresses et de commentaires détaillés.

Le bottin gourmand qui parait chaque année en octobre s’attache à mettre en valeur la cuisine de terroir française. Il contient néanmoins pour le moment peu d’adresses.

Le célèbre guide du routard qui s’adresse en priorité aux petits budgets. Il est alimenté par des critiques qui voyagent carnet de note à la main et se décline en de nombreux ouvrages pas toujours mis annuellement à jour. Pour être sûrs d’avoir les dernières informations, aller sur leur site internet.

Le petit futé est le concurrent direct du guide du routard. Il a pour objectif de dénicher les bonnes adresses présentant le meilleur rapport qualité-prix. Il se positionne entre le Routard pour les contenus et les autres guides pour la forme néanmoins il manque encore certaines adresses incontournables.

Autre guide pour les petits budgets, le bib gourmand signale une cuisine de qualité à prix abordable : 28 euros en province et 35 euros sur Paris

Le fooding est le guide IN du moment. Indépendant des restaurants, il met tout en œuvre pour le rester en payant ses additions et les affichant sur son site et en refusant toute publicité de la part des restaurants. Chaque année, le guide sort un palmarès de meilleures nouveautés avec des titres originaux. Malgré ce contexte de dénicheur de nouveaux talents, ce guide a des côtés très élitiste et un poil trop parisien.

Trip advisor est le site internet le plus consulté par les touristes. J’avoue également y aller mais dernièrement depuis qu’en rigolant j’ai regardé une critique sur le Mc donalds je me pose des questions. En effet, malgré un contenu riche, on peut déplorer une quantité non négligeable d’avis douteux.

Autre site connu, la fourchette permet de réserver sur Internet une table. Le site appartient au même groupe que le guide Gault & Millau. Ce site est avant tout un site de réservation en ligne. Les restaurants s’inscrivent d’eux-mêmes et plus de 7000 adresses principalement parisiennes y sont référencées. Il est aussi possible de donner son avis sur le restaurant.

Enfin depuis quelques temps le site marmitton propose un éventail de restaurant validés par l’équipe marmitton mais également la communauté.




A propos… de mon troisième partenaire : Le Cook&Go de Villeneuve d’Ascq

17032013

 

 

Depuis quelques jours, un nouvel encart est apparu dans la rubrique partenaire « Cook&Go Atelier de cuisine » et je ne vous avez pas encore donné plus de détails sur ce nouveau partenaire.

 

Alors, imaginez vous êtes sur Lille (pour certains ce n’est pas de l’imagination) ou même dans le nord de la France et que vous avez envie de suivre un petit cours de cuisine seul ou avec vos enfants, maris, amis, mère…. ou alors que vous cherchez un produit ou ustensile de cuisine spécifique pour vous ou pour offrir. Et bien plus besoin d’aller se galérer à se déplacer sur Lille, garer la voiture… Vous trouverez votre bonheur à l’atelier Cook and Go de Villeneuve d’Ascq situé juste à côte du décathlon.

 

Vous serez accueilli chaleureusement par Vanessa, la manager, qui saura parfaitement vous orienter sur un atelier de cuisine adapté à vos envies ou les produits de cuisine recherchés.

 

Petite astuce pour Pacques, le magasin est rempli de chocolats originaux comme par exemple la pâte à tartiner au chocolat avec du sucre pétillant.

 

Prochainement sur le site, j’irai tester pour vous les ateliers Top Chef accompagné d’un public non averti en cuisine afin de vous prouver que OUI Cook and Go c’est fait pour tous et principalement pour passer un bon moment.


 




A propos… de mes vacances à l’atelier des sens

16032013

Bon je vous l’avez annoncé, il y a quelques semaines. J’ai suivi et survécu à 2 semaines de cours en cuisine et pâtisserie (50 heures en tout) à l’atelier des sens…

Deux semaines intensives, intenses, riches en apprentissage et en rencontre. La première semaine était consacrée aux techniques de bases de la cuisine et la deuxième aux techniques de bases de la pâtisserie.

Dans les deux cas, ce sont les techniques « ultrabasiques » qui sont proposées.. et Oui ! Même si très pédagogues et qualifiés, les chefs de l’Atelier des Sens ne peuvent en une semaine remplacer deux à trois ans de formation et des années d’expérience. Mais bon pour moi c’était des techniques bien élaborées. Après la formation ne se suffit pas à elle-même bien sûr, il faut ensuite mettre en pratique le plus souvent possible. En plus des techniques, ces formations vous apprennent à déguster, à développer votre palais et aussi à dresser

Dés le premier jour, je me suis rendue compte que j’étais sûrement une des moins expérimentée en cuisine. Même pas de souci, à l’atelier des sens, c’est l’esprit d’équipe avant tout ! Personne n’est mis de côté et aucune question n’est tabou.

La première semaine était assurée par Jean Luc Charles, la deuxième semaine par Christian Le jour. En gros après être parfumée à un mélange de poisson-viande-sauce, la semaine suivante je fus parfumée au beurre, sucre, farine et chocolat. Bon mon compagnon ne pas encore mise à la porte :).

Au début, je pensais être lassée au bout d’une semaine mais au final les deux semaines sont passées très et trop rapidement.

Bilan des deux semaines, je suis fourbue, fatiguée mais toujours autant motivée pour cuisiner si ce n’est plus. J’ai également deux magnifiques diplômes n’ayant aucune valeur à l’ANPE mais ayant beaucoup de valeur sentimentale.

Bref… Maintenant je vais tenter d’appliquer les techniques enseignées au quotidien et aussi arrêter mes mauvaises habitudes comme cuire les légumes verts à l’eau froide, couper non uniformément mes légumes, vérifier la cuisson des viandes avec un couteau, ne pas bouger ma pâte quand je l’étale, ne pas laisser pousser mes pâtes levées, ne pas faire d’éclairs, paris brest ou macaron…

Merci l’atelier des sens !

 

 

 




Petite meuh a testé pour le vous … LE CHARDENOUX DES PRES

3032013

Ayant un fan de Cyril Lignac à la maison (et également de top chef), j’ai testé le bistrot chardennoux des prés (Le restaurant de Cyril le plus abordable point de vue prix)

Chardennoux des prés
Album : Chardennoux des prés
Photos de notre escapade culinaire
9 images
Voir l'album
 

L’HISTOIRE DU LIEU

Venir manger dans un restaurant de Cyril Lignac, ce n’est pas uniquement pour venir se régaler, c’est aussi découvrir un lieu authentique. Ce bistrot incontournable du Saint-Germain des Prés des années 60/70 était passage obligé pour dîner avant une virée de nuit dans les clubs de la rive gauche. Le Tout Paris venait pour le charisme emblématique de son propriétaire, Claude Sainlouis. Entre 2000 et 2010, c’est le restaurateur Daniel Vermot qui reprit cette institution Bistrotière. Passionné de politique, il le décora de portraits des présidents français et le renomma « Claude Sainlouis : le restaurant des présidents ».

Le Chef Cyril Lignac le rebaptise à son tour Le Chardenoux des Prés, faisant écho à son premier bistrot, de la rue Jules Vallès, tout en préservant l’esprit du lieu. La fameuse tapisserie fleurie a été restaurée, tout comme le carrelage gré cérame d’origine dont la couleur moutarde se marie au camel-Cognac des banquettes en cuir. Les tables nappées sont éclairées par des lampes vintage et le bar en marbre a été agrandi afin de pouvoir s’y installer confortablement. 



LA CUISINE

Le Chef décide de décliner sa cuisine de bistrot à St Germain et remet à l’honneur les spécialités de la cuisine Française, en ne perdant jamais de vue le respect de la tradition et des produits du terroir. Les madeleines moelleuses, sorties toutes chaudes du four pour accompagner le café, résument à elles seules l’esprit de générosité qu’il souhaite offrir dans ses bistrots.

L’AVIS DE PETITE MEUH

Arrivés 15 minutes en avance, le serveur blague avec nous. L’ambiance est décontractée tout en étant professionnel. Le restaurant est composé d’un comptoir de bar où l’ou peut prendre son repas et deux salles plus en retrait aménagées de tables, chaises et banquettes en cuir. Peut être par habitude de la place de la gente féminine, le serveur m’indique la place sur la blanquette. Les cartes arrivent… et l’embarras du choix est là. Tout semble délicieux ! Les plats de la table d’à côté sont servis. C’est magnifique ! Bon revenons à nos moutons, nos choix. Même Mister fan de Cyril Lignac hésite : bœuf tartare ou burger ? Moi, cabillaud ou noix de saint Jacques ? Finalement nous partirons sur un burger pour Monsieur et des noix de saint Jacques pour Madame. Pour patienter, on nous amène des rillettes de porc maison avec du pain. Le temps de les déguster, la salle se remplit, bientôt plus une table n’est libre. Les plats arrivent. La purée de topinambours est légère et fond sur la langue, la cuisson des saint Jacques est parfaite. Mon compagnon de repas n’a lui pas rechigné à finir son burger au pain fait maison et ses frites même les tomates et le cheddar. Pour le dessert, nous avons choisi notre dessert fétiche : le moelleux au chocolat avec une crème glacée à la vanille pour Monsieur et un sorbet fromage blanc citron pour Madame. Les glaces étaient EXCELLENTES, crémeuses, fondantes. Le mi cuit était à tomber par terre et je suis une madame pointilleuse du mi cuit. Le chocolat vous éclate en pleine bouche… J’en rêve encore !!! A la fin du repas, un cuisinier sort un moule de madeleine plein en fer sortant du four et nous en propose alors que nous n’avons même pas pris de café. Ces petites madeleines sont un détour obligatoire. Pour tout vous dire, j’en connais un qui serait prêt à prendre un café ou un thé uniquement pour la madeleine. Bref, en résumé, promis je n’aurais plus jamais la moindre pensée négative envers Cyril Lignac. 







arsouilles |
Safran des Prises |
Les gâteaux de Claudine |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | cuisine et buffet de mika
| la Cigale Huile d'olive à S...
| DESSERTS